contact@artimmo.ma TÉL./ FAX : +212 (0) 524 436 944 GSM.: +212 (0) 6 88 15 66 92 / +212 (0) 6 69 68 86 11

  • Ar Ma
  • fr
  • En

Climat des Affaires vers une amélioration ...?


Climat des affaires: Le plan d’action 2015
  • L’objectif est d’opérationnaliser les réformes
  • Accélérer la dématérialisation des procédures

Le Comité national de l’environnement des affaires (CNEA), présidé par le chef du gouvernement, a présenté son plan d’action pour 2015 mardi. Le point fort de cette rencontre à laquelle ont participé notamment plusieurs ministres, la CGEM et le GPBM, a porté sur l’opérationnalisation des réformes. L’idée est de développer et s’approprier la méthodologie  de management des projets qui consiste à les mener à terme. En pratique, il s’agit d’accompagner la mise en œuvre, sur le terrain de certaines réformes et décisions prises. C’est le cas de l’Identifiant commun de l’entreprise (ICE), instauré par décret en 2011 mais qui n’a été lancé officiellement qu’à la fin 2014. Aujourd’hui, il s’agit d’évaluer l’implémentation de cette initiative sur le terrain. Et pour les nouvelles créations d’entreprises, l’octroi de l’ICE est prévu pour le 2 mars. Outre la convergence des procédures entre plusieurs administrations et autre avantages, ce projet permettra «la création en ligne des entreprises et la mise en place de l’Observatoire de la TPME afin de suivre leur évolution démographique dans les différents secteurs et régions», est-il expliqué.
Idem pour le règlement général de la construction (RGC). Conçu sous forme de guichet unique, le projet, qui élimine différentes commissions qui interviennent dans le processus de construction, devra voir le jour dans la réalité. D’autant que les textes d’application ont été publiés. Pour cela, le gouvernement a décidé d’expérimenter le concept via un site pilote composé des communes de Casablanca, dans le cadre d’un partenariat avec  la wilaya. D’ailleurs, Khalid Safir a mis en place un comité régional de l’environnement des affaires, en collaboration avec le CNEA. Une fois l’expérience s’avère concluante, on passera à la phase de généralisation. De même, un site web, dédié au CNEA, sera opérationnel dans deux semaines. Il permettra de fournir des éléments sur les réalisations et l’état d’avancement des projets retenus dans le cadre des plans d’action annuels du comité. La facilitation de la vie des entreprises passe par la dématérialisation des procédures. En outre, le CNEA veut rapprocher les entreprises du monde universitaire. Ainsi, il s’agit de créer un pont avec le milieu académique en proposant des thématiques de recherches. Au lieu de travailler sur des questions théoriques, les chercheurs peuvent s’attaquer à des problématiques concrètes tout en étant sponsorisés par les entreprises.
Depuis son lancement, le CNEA s’est basé sur une approche participative, en impliquant le secteur privé via notamment la CGEM, le GPBM et la Fédération nationale des chambres de commerce. «Ce mode de gouvernance positionne le privé non seulement comme une force de proposition mais aussi comme un membre actif dans la conception et la mise en œuvre des réformes relatives à l’environnement des affaires», lit-on dans le dossier de presse.


Un groupe qui travaille sur l’image du Maroc à l’étranger a été institué auprès du chef du gouvernement. Il est chargé de suivre les différentes évaluations internationales. Pour l’heure, il a recensé 75 rapports mondiaux qui abordent le classement du Maroc. Il réserve un traitement particulier au Doing business, influent sur 21 rapports. Le Maroc présente son document à la fin mai. «L’idée est d’être présent dans ces classements internationaux. Ce suivi permet d’identifier les lacunes dans notre environnement des affaires et d’apporter les correctifs nécessaires», souligne un membre de ce groupe.

M. C.

Source:  http://mobile.leconomiste.com/article/967583-climat-des-affaires-le-plan-d-action-2015